HOW TO FREE ONESELF FROM THE PAST?

Le groupe et ses individus sont marqués par ses expériences passées (famine, type de régime politique, actes de guerre, ect.). 

Suite à celles-ci, des réactions se sont mises en place au sein de celui-ci.  

Par exemple : 

  • Une culpabilité suite à des comportements vis-à-vis de tel ou tel groupe dans des circonstances historiques. Exemples : périodes coloniales au travers du monde, esclavagisme, etc.
  • Une soif exacerbée d’autonomie pour un peuple marqué par l’occupation de son territoire pendant la plus grande partie de son histoire.
  • Un fatalisme pour un autre dont l’histoire nationale est marquée par une succession de régimes autoritaires. Exemple: un régime autoritaire en chassant un autre au travers des siècles.
  • Etc.

Bien que des années ou des siècles soient passés, ces réactions peuvent demeurer inscrites dans l’inconscient collectif, dans l’âme du groupe. Elles animent le groupe à son insu.

Face à une situation donnée, le groupe va donc avoir une réaction donnée ou du moins une tendance dans une direction aisément identifiable. 

La connaissance de ces mécanismes propres à chaque groupe et généralement inconscients est un ressort puissant pour conduire celui-ci.

A titre d’illustration :

  • On peut viser un consensus du groupe en appuyant sur la culpabilité liée à ses agissements passés. 
  • Si cette référence a quelque chose d’indiscutable, elle peut donc aussi être utilisée pour couper toute remise en question du consensus recherché. 
  • Ce caractère « sacré » peut être utilisé comme paravent : le but étant de faire passer une autre décision sous couvert d’une intention louable.
  • Une décision (loi, par exemple) peut être prise pour calmer une culpabilité ou renforcer le sentiment national. Un autre but, plus lointain, pouvant être recherché au travers de cette action.

L’observation attentive du passé et du présent propose un flot continu d’exemples.